Navigation
Protection hivernale
26 octobre 2020

Protection hivernale Par Isabelle Papineau Dyotte

L’hiver est à nos portes !

Que faire avec les végétaux en prévision de ces journées glaciales qui seront nombreuses dans les prochains mois.

D’entrée de jeu, rappelez-vous que la neige est la meilleure protection pour nos plantes.

Pourquoi des protections hivernales ?

Sachez que la très grande majorité des végétaux ne requiert pas de protection hivernale.

Avant de voir de quelles façons protéger ceux qui en ont besoin, il est important de comprendre pourquoi faire des protections.  Par la suite, nous verrons comment les réussir.

 

Pourquoi et quand faire des protections hivernales ?

La meilleure protection hivernale est la couche isolante blanche communément appelée NEIGE !  Cependant, selon les situations, elle n’est parfois pas suffisante; c’est pourquoi nous devons intervenir.

 Les protections hivernales s’avèrent nécessaires lorsque les végétaux sont hors de leur zone de rusticité ou lorsqu’ils sont dans la bonne zone mais subissent des conditions extrêmes.  Elles peuvent aussi être nécessaires si les végétaux sont appelés à être endommagés par des chutes de neiges/glaces ou affectés par des déglaçants.  Parfois les végétaux sont plantés dans la zone qui correspond à leur rusticité, mais le contexte fait en sorte que l’on doive quand même apporter une protection.

Pour bien les protéger, il fait garder en mémoire certains points importants :

  • Faire l’installation lorsqu’il fait très froid. Dans la région de Montréal, c’est rarement avant début à mi-novembre;
  • Assurer la circulation d’air sous la protection;
  • Retirer la protection avant que les températures ne soient trop chaudes;
  • Couleur claire pour les protections (pour éviter de conserver trop de chaleur).

 

Arroser abondamment

Mais que veux dire arroser abondement ?

Et bien !  Il s’agit de saturer le sol d’eau et pour ce faire, il est essentiel d’arroser lentement (faible débit) pendant une longue période.  Pour y arriver, vous installez le boyau d’arrosage au pied des conifères/arbustes à feuillage persistant avec un petit filet d’eau que vous laissez au pied jusqu’à ce que le sol soit gorgé d’eau.  C’est principalement eux qui doivent avoir une bonne réserve d’eau avant l’arrivée de l’hiver.

Conifères

Les conifères qui conservent leur feuillage l’hiver, tout comme les arbustes à feuillage persistant, sont les plus susceptible d’être en endommagés pendant cette saison.  La raison est simple, le feuillage demeure sur la plante ce qui rend la possibilité de dessication beaucoup plus problématique. Je vous entends vous dire mais c’est quoi la dessication ?  C’est l’eau qui quitte les parties de la plante.  Je pourrais faire l’analogie avec notre peau lorsque nous sommes dehors l’hiver au vent et au soleil, notre peau brûle parce qu’elle est desséchée par le vent et le soleil.  C’est exactement ce qui se passe pour les végétaux qui ont encore leur feuillage l’hiver venu.

Ça ne rend pas tous les conifères ou arbustes à feuillages persistants plus fragiles pour autant.  Cependant ils auront TOUS besoin d’une très bonne réserve d’eau à l’automne.  Autour de l’Halloween, vous pouvez laisser couler l’eau au pied de ces plantes, à faible débit pendant quelques heures pour assurer une bonne réserve.  Ils ont besoin de cette eau en quantité pendant l’hiver, puisque le feuillage est toujours en place à égayer nos paysages pendant cette période ou la lumière est si timide.

Si jamais il s’avère nécessaire d’apporter une protection hivernale pour une des raisons énumérées précédemment alors il faut choisir les bons matériaux selon le contexte.  Voici une liste des matériaux qui pourraient être utiles pour effectuer la protection et comment faire de cette opération une réussite.

  • Ficelle ou filet;
  • Arbotex, feutre de polyester et polypropylène qui doit être blanc;
  • Arbotex plastifié, feutre de polyester et polypropylène avec une application de LDPE pour le rendre imperméable. Doit être blanc;

 Arbotex

Source: Banque personnelle

filet protecteurSource: Banque personnelle

ficelleSource: Banque personnelle

Ce qui doit être conservé en mémoire :  laisser respirer.

Ce qui signifie que si vous attachez avec une ficelle ou que vous mettez un filet de protection autour, il ne faut réduire le diamètre, mais bien seulement retenir les branches pour l’empêcher d’ouvrir sous le poids de la neige ou de la glace.

Si toutefois la protection se fait pour protéger des vents ou des déglaçants, alors il faut se tourner vers l’Arbotex.  Pour des protections près des rues-trottoirs, je recommanderais l’Arbotex plastifié, par contre, pour simplement protéger des vents la membrane non plastifiée convient très bien.  Vous attachez la toile à la base de la plante, il est important que les deux extrémités se chevauchent et soient attachées avec une ficelle qui traverse les deux couches.  Éléments très importants, cette momie doit respirer !  Alors dans le haut il faut s’assurer que l’extrémité laisse l’air s’échapper, en y faisant une cheminée.

cheminéeSource: Banque personnelle

 Je vous entends me demander pourquoi de la fibre de couleur blanche ?

La meilleure protection est d’assurer une bonne réserve d’eau, selon les cas, on devra faire plus.  Donc dans le cas ou une protection physique est nécessaire, il est essentiel que celle-ci soit blanche, sans quoi la couleur ferait en sorte d’accumuler trop de chaleur et accroitrait les pertes en haut (c’est comme nous dans le sauna !).

Maintenant que les protections sont faites, vous pouvez dormir tranquille jusqu’au printemps.  Pour le retrait des protections hivernales, il n’y a pas de date magique, ça varie un peu chaque année, fiez-vous à la fin mars (Montréal).  Les ficelles et filets peuvent être retirés dès qu’ils sont accessibles, pour la membrane généralement début fin mars début avril c’est possible de les enlever.  Il y a un élément à faire attention : le coup de soleil !  C’est essentiel de retirer la membrane par une journée grise et pluvieuse, et idéalement avec des prévisions de ciel gris/pluie pour quelques jours.  Si toutefois le soleil se pointe le beau du nez et que le mercure est très généreux, arroser le feuillage des conifères et donnez de l’eau au sol pour qu’il soit capable d’aller en puiser si nécessaire.

Rosiers

Les rosiers sont magnifiques par leur floraison à couper le souffle, certains ont besoin de protections hivernales et d’autres non.

S’ils sont rustiques, donc avec une zone qui correspond à la zone dans laquelle vous vous trouvez vous n’avez pas besoin de les protéger.  Par contre s’ils sont des hydrides de Thé, Grandiflora ou Floribunda ou encore que votre zone de rusticité soit plus petite que la zone de rusticité de la plante, alors il faut protéger.

Si le contexte ou le type de rosiers demande une protection hivernale vous pouvez les faire de différentes façons.

Le cône à rosier de styromousse est une option, il doit être blanc et doit aussi être percé sur le dessus (y faire deux ou trois torus avec une perceuse).

  • Réduire la hauteur du rosier pour qu’il puisse entrer sous le cône;
  • Conserver 4 à 6 grosses branches;
  • Couvrir la base, à la greffe avec de la mousse de tourbe sèche;
  • Il serait fort utile de mettre sous le cône un répulsif contre les rongeurs;
  • Placer un objet lourd sur le cône pour éviter qu’il s’envole.

cones à rosiersSource: Banque personnelle

Quand faire cette opération ?

Vers la mi-novembre, comprenez bien ici que chaque automne est différent, mais nous devons nous dire que l’hiver est bel et bien commencé.  Mettre les protections trop tôt alors que les températures sont trop clémentes nuira à leur survit.

Les rosiers qui se trouvent en bonne zone (rustique) et qui n’ont pas besoin de protections hivernales sont laissés tel quel.

Quand et comment retirer les protections ?

Le cône devrait être retiré par étape, voici comment faire :

  • Le soulever de 15 cm. d’un côté en glissant un objet, le laisser ainsi pour une semaine, la circulation d’air sera accrue;
  • Par la suite, retirer le pendant le jour et le remettre la nuit pour une semaine;
  • Découvrez la greffe qui était couverte de mousse de tourbe.
Couper les vivaces au printemps

Les plantes vivaces ne font pas d’écorce, voilà pourquoi l’automne venue, leur feuillage gèlent et s’affaissent au sol pour qu’elles redémarrent le printemps suivant.  Ce feuillage qui demeure en place assure une protection naturelle sur le système racinaire.  On ne rabat pas systématiquement les vivaces en fin de saison.  Quelques exceptions pourraient amener à couper le feuillage au sol, si par exemple des insectes ou des maladies ont été hors de contrôle toute la saison.  Sinon les bénéfices de conserver cette couverture naturelle sont supérieurs à éliminer le feuillage.

Une fois que le printemps se pointe le bout du nez, on taille ou détache le vieux feuillage et les nouvelles poussent ne sauraient tarder à apparaître pour repartir de nouveau.

 

Arbustes

Les arbustes nous offrent de splendides couleurs à l’automne tout juste avant que les feuilles se détachent.  Encore une fois, si la plante correspond à la zone dans laquelle elles se trouvent et que leurs situations ne les rendent pas vulnérable, aucune protection n’est nécessaire.

Voici des situations où il pourrait être essentiel d’apporter une protection, en voici quelques unes :

  • Neige ou glace qui risquerait d’engendrer des bris;
  • Protéger des bouteaux de floraison hâtive qui seraient endommagés durant l’hiver;
  • Protéger du froid et du vent;
  • Protéger des déglaçants.

Il peut être suffisant de mettre une ficelle autour pour retenir les branches.  Assurez qu’il n’y ait plus de feuilles avant d’attacher vos arbustes.

Source: Banque personnelle

Cette photo présente comment attacher les arbustes, cependant toujours réaliser cette opération une fois que les feuilles sont tombées.

Pour d’autres arbustes, la situation ou le choix de plantes pourrait nécessiter une protection avec une toile isolante (Arbotex).  Dans ce cas vous pouvez attacher les branches avec la ficelle, comme à l’étape précédente, toutefois l’étape suivante sera d’utiliser l’Arbotex (toile isolante blanche).  Vous attachez la toile à la base de la plante, il est important que les deux extrémités se chevauchent et soient attachées avec une ficelle qui traverse les deux couches.  Élément très important, cette momie doit respirer !  Alors dans le haut, il faut s’assurer que l’extrémité laisse l’air s’échapper, en y faisant une cheminée.  Si la protection sert à limiter les dommages contre des déglaçants, alors vous devriez privilégier l’Arbotex plastifié.

Arbustes à feuillage persistant

Ces arbustes sont plus à risque de voir leur feuillage se dessécher, puisque comme les conifères ils conservent leur feuillage.  Voilà pourquoi il faut apporter un arrosage en profondeur tard l’automne et pour certains qui seraient exposés aux vents ou encore pour protéger les bouteaux floraux (i.e. :Rhododendron, Azalea) il faudra utiliser une toile isolante (Arbotex) pour une protection des vents.  Dans ce cas, il est possible de mettre des piquets autour de la plante ou encore une clôture à neige et de mettre la toile autour à l’extérieur. Le dessus pourrait demeurer ouvert à condition que la hauteur de la protection soit plus haute que la plante.  Cette protection pourrait aussi être refermée sur le dessus en s’assurant qu’une cheminée soit créée pour permettre à l’air de circuler à l’intérieur. 

Pour le retrait des protections hivernales, il n’y a pas de date magique, ça varie un peu chaque année, fiez-vous à la fin mars (Montréal).  Il y a un élément à faire attention : le coup de soleil !  C’est essentiel de retirer la membrane par une journée grise et pluvieuse, et idéalement avec des prévisions de ciel gris/pluie pour quelques jours.  Si toutefois le soleil se pointe le beau du nez et que le mercure est très généreux, arroser le feuillage des conifères et donnez de l’eau au sol pour qu’il soit capable d’aller en puiser si nécessaire.

 

Fruitiers - Arbres et petits fruits

Selon les fruitiers que vous avez choisis, certains sont très rustiques, d’autres moins, la protection pourra varier.  Un élément est certain pour les fruitiers, leur goût sucré attire aussi l’attention de notre principale compétition : les rongeurs.  Alors une bonne façon est mettre une spirale de plastique blanche sur le tronc, elle doit être au moins la hauteur de la neige.  L’installer minutieusement pour éviter tout espacement, puis retirer la spirale au printemps.  Ce qui peut être mis en complément, est un répulsif contre les rongeurs, une trappe ou tout autre produit qui agit en contrôlant ou comme répulsif. Ces produits sont vendus en jardinerie où vous aurez tous les conseils pour leur utilisation.  Pour les parties de fruitiers arbustes ou arbres au-dessus de la neige, il est possible d’utiliser un produit au goût (odeur) désagréable à badigeonner sur le tronc et qui agira comme un excellent dissuasif pour gruger vos plants.  Encore une fois, votre jardinerie saura vous recommander le bon produit pour ces situations.

spirale pour tronc

Source: Banque personnelle

Pelouse

Pour protéger ce couvert de verdure, il est important au moment de la dernière tonte (fin octobre) de couper la pelouse au plus cout possible.  Si vous avez un couvert de feuilles important, il n’est pas recommandé de les broyer avec la tondeuse pour laisser cette couche de matière organique sur la pelouse. La raison est fort simple, trop épais de feuilles broyées sera trop long pour compléter la décomposition de cette matière organique et la pelouse va pourrir en dessous.

Si la pelouse est en bordure d’une rue ou d’un trottoir qui reçoit de la pierre concassée comme abrasif, une toile de protection peut être installée dans ces zones.  Cette toile synthétique appelé SOLTEX, de couleur verte pour se fondre au couvert de la pelouse.  Je vous recommande de faire son ancrage avec des clous de 15 cm ou plus et d’y mettre une rondelle pour éviter que la tête des clous ne perce la toile.  Notez qu’il existe aussi des crochets en U qui fixent très bien la toile.  Il est important que l’ancrage soit fait à un intervalle de 2 à 3 mètres maximum et que ces derniers soient en quinconce.  Il est important de le retirer avant que les températures soient trop importantes, donc début avril serait à retenir.

soltex

Source: Texel

Tailler ou ne pas tailler les végétaux l’automne ?

Ma réponse est claire : ne pas tailler à l’automne.

Comme nos hivers sont imprévisibles et plein d’écart de température et de redoux, les végétaux tout comme nous en perdent le Nord.  Ces températures variables les rendent vulnérables et il n’est pas rare le printemps venu, que l’on doive tailler des extrémités de branches qui ont gelés.  C’est donc préférable de faire les interventions de taille en début de saison, ce qui laisse la latitude d’enlever beaucoup ou très peu de branches/tiges.

Lorsque l’on fait des protections hivernales pour nos végétaux, nous devons nous aussi être habillés comme une protection hivernale !  Il faut donc que les températures aient vraiment chutées et se tiennent sous la barre des 0°C la nuit et près du zéro ou sous les zéros le jour.

Bon jardinage !

 

La magnifique photo d’entête est utilisée avec l’accord de : Lili+Henry

N'hésitez pas à y faire l'achat de ces doux et magnifiques produits !

https://liliandhenry.com/

 

 

 

Actualités récentes

Toutes les actualités

Abonnez-vous à actualité paysagère

Contact

Pour joindre Isabelle, n’hésitez pas à compléter le formulaire. Un suivi sera effectué dans les délais les plus rapides.

438.491.8652